Humidificateur d'air :

retour sur expérience

Humidificateur d’air : retour sur expérience

Humidificateur d’air : retour sur expérience 1920 1280 The Black Leaf

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas publié d’article sur le blog et j’en suis vraiment désolée ! Mais je ne vous ai pas oubliés 🙂 ! Ayant de nombreuses questions via instagram sur ce sujet, j’ai décidé de vous parler de mes humidificateurs d’air. Je les utilise quotidiennement depuis un certain temps, je vais donc vous expliquer quels sont les avantages et/ou inconvénients pour chaque système.

Pourquoi utiliser un humidificateur d’air ?

Limiter la prolifération des acariens

Pour celles et ceux qui me suivent depuis un petit moment, vous connaissez mes soucis avec les acariens (araignées rouges et jaunes) qui envahissent mes plantes à répétition et en particulier en période estivale. Habitant dans le sud de la France, ces acariens sont pour ma collection un vrai fléau !
Leur développement s’accélère en même temps que les températures grimpent et que l’air s’assèche. Voilà pourquoi les attaques s’accentuerons en été mais aussi en hiver à cause du chauffage.
N’appréciant pas du tout l’humidité, il est souvent conseillé de vaporiser le feuillage des plantes à l’eau pour éviter qu’elles ne s’installent. Cette action peux être très laborieuse si, comme moi vous comptabilisez beaucoup de plantes sensibles aux acariens.

En ce qui me concerne, les araignées rouges (et jaunes) s’installent principalement sur les espèces que j’affectionne le plus : Alocasia et Colocasia. Beaucoup d’autres espèces peuvent être contaminées et il faut avoir l’oeil pour les détecter et les déloger avant que l’invasion ne soit trop importante.

Apporter de l’humidité ambiante va ralentir la croissance de la colonie (si existante) ou créer un environnement qui leur sera hostile, les détournant d’une éventuelle attaque.
Malheureusement, il n’y a pas de recette miracle et l’humidificateur d’air ne va pas résoudre complètement le problème. J’ai constaté une diminution des infestations mais pas une eradication totale.

Si vous cherchez un traitement efficace contre les araignées rouges, je vous invite à visionner ma vidéo qui se trouve ici !

Marmite magique – Brumisateur horticole ‘Mist Maker’

Augmenter l’humidité ambiante pour les plantes tropicales

La plupart de nos plantes d’intérieur sont bel et bien tropicales. Qui dit climat tropical dit : chaleur et humidité !
Je suis sûre que vous possédez une plante dont les pointes des feuilles brunissent et sèchent. Il ne s’agit pas d’un manque d’arrosage mais probablement d’un manque d’hygrométrie.
Pour palier à ce manque d’humidité ambiante, il est possible de pulvériser de l’eau directement sur le feuillage (attention car elles n’apprécient pas toutes d’avoir le feuillage mouillé) et / ou placer sous le pot, une coupelle remplie de billes d’argile et d’eau.

Pour certaines espèces telles que les calathéa, alocasia et certains philodendrons faciles à vivre, l’humidité sera un confort dans le sens où elles continuerons à se développer tout en étant un peu « brulées » sur le bout des feuilles.
Pour d’autres, c’est absolument vital. Certains Anthuriums par exemple ont un besoin en humidité tellement important, qu’il devient une réelle mission de leur apporter artificiellement. Pour ce dernier cas, il faudra non seulement installer un humidificateur d’air mais aussi le placer dans une tente de culture afin de maintenir au maximum l’hygrométrie ambiante.

Dans tous les cas, afin d’éviter que les feuilles ne soient détrempées tout au long de la journée, il faudra faire attention à ne pas installer les plantes trop près de l’humidificateur. Si comme moi, vous n’avez pas trop d’espace, vous pouvez ajouter un petit ventilateur pour disperser les gouttelettes émises par votre système.

Ce monstera a repris sa végétation sous humidificateur – 2 feuilles en 1 mois

Traces de tartre sur l’alocasia cuprea

Quel humidificateur d’air utiliser ?

Il existe plusieurs types d’humidificateurs d’air et à ce jour j’ai testé 2 systèmes à ultrasons, que je vais décrire ci-dessous.

Humidificateur domestique

Destiné à être placé en intérieur, je cherchais un modèle performant, esthétique avec une grande contenance, afin d’éviter de passer mes journées à remplir son réservoir.
Je me suis alors tournée vers le modèle LV600HH de chez Levoit que je trouve bien plus esthétique que la plupart des humidificateurs que l’on trouve sur la marché. C’est un humidificateur ultrasonique, ce qui implique que la vapeur rejetée sera plus fine qu’avec un humidificateur à évaporation. Au plus la vapeur est fine, au moins elle stagnera sur le feuillage et sur le support sur lequel il est posé.
Ce modèle possède plusieurs avantages, car en plus du fait d’être relativement silencieux, il possède un grand nombre de fonctionnalités. Vous pourrez ainsi régler le débit, le taux d’humidité, si vous souhaitez de la vapeur chaude ou froide ou encore le programmer.
Puissant, il propulse la vapeur grâce à ses 2 buses orientables à 360° pour que vous puissiez les orienter comme bon vous semble vers vos plantes.
Je suis très satisfaite de cet humidificateur même si malgré son grand réservoir de 6 litres, je suis contrainte de le remplir tous les jours. Pour limiter les tâches de calcaire sur le feuillage, je passe l’eau dans une carafe filtrante Brita. Sachant que la contenance d’eau filtrée est de 1,4L et que le processus prend environ 1,30 minutes par carafe, je vous laisse faire le calcul du temps que je met à remplir mon réservoir ^_^ !
Sachez aussi que les humidificateurs ultrasoniques qui ne possèdent pas de filtre de dépôt de minéraux libèrent une fine poussière blanche. Je n’ai compris ce dernier point qu’après avoir constaté que tout ce qui se trouvait sur mon bureau avait littéralement blanchit !

Après plusieurs semaines d’utilisation, j’ai remarqué que du dépôt s’était installé dans les différents compartiments de la machine mais aussi du tartre… Il est donc utile de le laver régulièrement et ne pas hésiter à utiliser du vinaigre blanc et le laisser agir quelques minutes avant de bien le rincer.

Installation dans mon bureau avec ampoules horticoles BionicLed + Humidificateur Levoit

Ventilateur USB + Humidificateur Levoit

Réservoir de 6 Litres Humidificateur Levoit

Buses orientables à 360°

Installation dans mon bureau avec ampoules horticoles BionicLed + ventilateur USB

Brumisateur horticole

Ayant de nombreuses plantes tropicales dans ma serre, il a fallu que je trouve un autre système pour faire grimper l’humidité. Le premier, efficace en intérieur, s’est révélé totalement inutile dans un environnement où les courants d’air sont nombreux.
En plus du fait que je souhaitais couvrir une grande surface moyennement isolée, je souhaitais que le système ait une autonomie plus conséquente. Après plusieurs recherches, je suis tombée sur le Brumisateur à ultrasons.

Il existe en plusieurs tailles, composées de 1 à 10 têtes. Au plus il y a de têtes, au plus vous produirez de l’humidité. Couplé à une bouée (pour le faire flotter), il pourra être installé dans un contenant rempli d’eau, de la taille de votre choix. Et c’est bel et bien ce dernier point qui m’a convainque d’installer ce système.

Je sais que ma marmite magique vous a beaucoup intrigués mais en fait ce n’est ni plus ni moins qu’une bassine remplie d’eau dans laquelle flotte le brumisateur. 😉

L’installation est très simple mais ce dispositif est très sommaire. Sur la version de l’humidificateur domestique, de l’air est propulsé avec la vapeur d’eau. Ce qui fait qu’elle monte avant de redescendre.
Sur cette version, plus spartiate, on a la vapeur d’eau et puis c’est tout ! C’est à vous de créer un système pour faire monter la vapeur sans quoi, elle ne sortira même pas du contenant…
Pour ma part, j’ai profité d’une sortie de VMC pour tirer un tuyau et le fixer sur la partie haute de ma marmite. Le débit n’étant pas très fort, j’ai réduis le diamètre du tuyau avec un morceau de scotch (oui, c’est très très artisanal).
Avec ce système qui tourne 24h/24, j’ai une autonomie de 3 jours, à vous de choisir le contenant selon l’espace disponible.
Par contre, avec une telle marmite, il est impossible de filter l’eau avec ma carafe Brita, vous vous en doutez bien ! J’utilise donc de l’eau du robinet qui a pour conséquence de créer des dépôts de tartre sur le feuillage de mes plantes.

Marmite magique – Brumisateur horticole ‘Mist Maker’

Brumisateur 5 buses ‘Mist Maker’ positionné dans la bouée

Brumisateur 5 buses ‘Mist Maker’

Bouée adaptée au brumisateur 5 buses

Bricolage artisanal pour augmenter la pression de l’air envoyé dans la marmite

Autres dispositifs

Brumisateur à ultrasons avec box soufflante
Ce dispositif utilise les mêmes buses que mon brumisateur horticole tout en étant intégré à une box qui propulse de l’air.
L’avantage est que la brume sera bien dispersée et que vous aurez moins de problèmes de détrempage des sols. Par contre vous serez coincés par rapport à la contenance du bac. À voir ici

Humidificateur mural
Celui-ci à l’avantage de se fixer en hauteur, permettant de souffler la vapeur d’eau sur une grande distance. Le principal avantage est qu’il peux être soit directement connecté à une sortie d’eau soit relié à un contenant placé en dessous. Je pense que cette version sera l’un de mes prochains achats, affaire à suivre donc 🙂
À voir ici

Les inconvénients des humidificateurs

Calcaire

Que ce soit pour le système domestique ou la version horticole, le calcaire est un vrai problème. Toutes les plantes qui se trouvent sous les humidificateurs sont tâchées que ce soit avec de l’eau filtrée ou non.
Le calcaire, avec le temps, altère les performances des appareils, qu’il faudra également nettoyer au vinaigre blanc, et en particulièrement pour la version domestique.

Traces blanchâtres dues au calcaire

Dépôt de tartre dans l’humidificateur domestique

Résidus et tartre après 1 mois d’utilisation

Les retombées d’eau

Même si sur le papier les gouttes projetées sont ultra fines, l’eau fini tout de même par détremper le sol ou le support sur lequel le dispositif se trouve.
Pour l’humidificateur domestique, le souci étant assez minime, il a suffit que j’ajoute un petit ventilateur USB pour résoudre le problème. Sans quoi, je commençais à voir apparaitre des moisissures sur les meubles alentours.

La prochaine étape sera d’installer un ventilateur dans la serre afin d’éviter que le brumisateur horticole ne détrempe complètement le sol en dispersant la vapeur avant qu’elle ne le touche.

Quelle eau utiliser ?

Eau de pluie

Pour éviter que le tartre ne vienne abîmer vos dispositifs et le feuillage de vos plantes, l’idéal serait d’utiliser de l’eau de pluie. Si vous avez la possibilité d’en récupérer, c’est bel et bien la solution la plus adaptée et la moins onéreuse car 100% gratuite.
Malheureusement pour moi, j’en manque cruellement dans ma région et le peu que j’ai pu stocker est réservé à mes plantes carnivores.

Eau déminéralisée

L’eau déminéralisée (exempt de tout minéraux) est une solution à court terme qui peux vous dépanner de temps à autre mais qui fini par devenir onéreuse en plus du fait que vous allez utiliser de nombreuses bouteilles en plastique (donc peu respectueuse de l’environnement).

Eau du robinet

C’est la solution la plus simple mais il vous faudra lutter contre le calcaire ou vous en accommoder. L’idéal, pour les budgets très confortables serait d’installer un adoucisseur d’eau, qui supprimera définitivement le calcaire.
Il existe également des dispositifs moins onéreux qui réduiront les dépôts de tartre tels que les stations de filtration à placer sous l’évier (au niveau de l’arrivée d’eau) ou des filtres à eau Brita (sous évier ou sur robinet).

Et bien voilà ! Vous savez tout sur mes expériences avec les humidificateurs d’air, j’espère avoir fait le tour des principales questions. N’hésitez pas à me faire part de vos remarques en commentaire ci-dessous ou sur instagram !
A bientôt pour un nouvel article !


Partagez cet article sur les réseaux sociaux !